On se balade ?

Sentier du littoral

Balade au paradis des flamants roses

Les Salins d’Hyères offrent un paysage ouvert contrastant avec les reliefs collinéens de l’agglomération.

 

Les Salins constituent un site stratégique d’observation faunistique et floristique. Ils font partie du réseau européen des sites « Natura 2000 » et sont également reconnus depuis 2008 comme une « Zone Humide d’Intérêt International » ce sont des « spots » majeurs de biodiversité.

Mer, lagunes, soleil généreux et mistral ont favorisé l’exploitation de ce littoral pour une production salinière aux fondations de la cité hyéroise avec l’émergence du comptoir grec d’Olbia. Les Vieux Salins lovés aux contreforts du massif des Maures sont reconnus dès le Moyen-âge alors que le Salin des Pesquiers serti dans le double tombolo de la presqu’île de Giens sera exploité à partir de 1848.

Les Salins offrent ici un paysage à deux visages : la plage et les dunes d’un côté, les Salins de l’autre. L’équilibre qui règne entre les espèces contribue à cette harmonie du paysage, témoin des espaces côtiers naturels entre terre et mer, autrefois très répandus. On y découvre une mosaïque d’écosystèmes aquatiques variant avec la salinité : roselières, fourrées à tamaris, prés salés, sansouires ou salicornes rougissantes à la fin de l’été.

Notons que cette diversité de milieu à pour origine l’exploitation salinière et que la gestion hydraulique des sites est toujours mise en oeuvre pour préserver cet héritage de nature et de culture. Certains jours d’avril ou de mai, on peut observer plus de 80 espèces d’oiseaux migrateurs. Gravelots à collier interrompu, échasses, sternes naines, avocettes, tadornes de Belon font partie des nicheurs remarquables du site.

Mais des hôtes de prestige habitent ces remarquables lieux : les flamants roses, oiseaux aristocratiques, mystérieux et méconnus. Toutes ailes déployées, les grands oiseaux offrent un spectacle d’une rare beauté. L’étude des flamants bagués a montré l’importance de Giens comme zone de repos et d’hivernage pour ces oiseaux : plus de 10 % des flamants camarguais viennent se reposer ou se nourrir, un jour ou l’autre de leur vie dans les bras du double tombolo. C’est surtout lors des vagues de froid que les marais de Giens jouent un rôle fondamental : alors que la Camargue est souvent gelée et se vide de ses oiseaux, on assiste à Giens, grâce à la douceur du microclimat, à une concentration des oiseaux poussés par le froid. À la période des migrations prénuptiales, à l’automne et en hiver, vous pourrez apercevoir une grande diversité d’espèces d’oiseaux d’eau. Lesflamants roses, canards, foulques, hérons, cormorans, petits échassiers, mouettes, sternes et limicoles évoluent sur les Salins d’Hyères au grès des saisons.

Un lever matinal et un peu d’attention accompagnés d’une bonne paire de jumelles, permettront d’admirer ces magnifiques parades. Des visites guidées thématiques des Salins peuvent vous faire découvrir ces lieux exceptionnels de la communauté d’agglomération.

Infos pratiques

Difficulté 
Très facile
Facile
S'équiper 
Bonnes chaussures
Bouteille d'eau
Appareil photo
À ne pas manquer 

Flamants roses.
A certaine période on peut observer des oiseaux migrateurs : gravelots à collier interrompu, échasses, sternes naines, avocettes, tadornes de Belon font partie des nicheurs remarquables du site.

Bon à savoir 

Accès : pédestre ou vélo
Chiens tenus en laisse

Accès

En voiture 
Salin des Pesquiers À Toulon, prendre la direction d’Hyères-les-Palmiers soit par la route D 559, qui passe à Carqueiranne, ou l’autoroute A 570. Au niveau du rond-point de l’hippodrome, suivre la route de la Capte qui mène à la Presqu’île de Giens. Vieux Salins À Toulon, prendre la direction d’Hyères-les- Palmiers puis La Londe et prendre la direction Vieux Salins au premier échangeur RD12.
Autre 
En bus : La ligne 67 Hyères Centre/Tour Fondue